La Cimade

Article paru sur le site de la Cimade

RISQUE D’UNE NOUVELLE EXPULSION EN AFGHANISTAN VIA LA NORVÈGE

Persécuté par les Talibans, Monsieur A. a fui l’Afghanistan pour venir trouver refuge en Europe. Passé par la Norvège, il est contraint d’y faire examiner sa demande d’asile, qui sera rejetée.
Rappelons que la Norvège a un taux de protection des Afghans très faible, autour de 28% seulement (contre plus de 80% en France) et qu’elle a expulsé 577 ressortissants afghans vers leur pays d’origine en 2016 ; depuis février 2016, l’Afghanistan est en effet considéré par les autorités en charge des migrations en Norvège comme un pays où tout le territoire est sûr.
Craignant à juste titre que les autorités norvégiennes ne tentent de l’expulser en Afghanistan, Monsieur A. a quitté la Norvège dans l’espoir d’être protégé ailleurs. C’est ainsi qu’en octobre 2016 il se retrouve finalement à Calais, alors que commence l’opération de démantèlement du bidonville.
Au début des opérations, le ministre de l’Intérieur, Monsieur Cazeneuve, avait assuré que la France n’appliquerait pas la procédure Dublin pour les exilés qui acceptaient de quitter Calais pour rejoindre un CAO (centre d’accueil et d’orientation). Cette promesse avait également été réaffirmée en février 2017 par Monsieur Le Roux, successeur de Monsieur Cazeneuve place Beauvau.
En dépit de ces promesses réitérées, Monsieur A., qui a été évacué du campement de Calais vers le CAO de Languimberg (Moselle), a été placé sous procédure Dublin par le préfet de la Moselle fin février 2017. Un mois après, le 27 mars 2017, Monsieur A. a été enfermé au centre de rétention administrative de Metz puis transféré au Mesnil-Amelot, après avoir refusé de monter à bord d’un premier vol à destination d’Oslo.
Malgré la forte mobilisation de plusieurs associations et de collectifs de solidarité, le préfet de la Moselle campe sur sa position et un deuxième départ est prévu le mercredi 5 avril 2017.
En novembre 2016, La Cimade a déjà pu constater des renvois en Afghanistan, notamment via la Norvège, depuis le CRA du Mesnil-Amelot.
La sécurité de Monsieur A. n’étant pas assurée en Afghanistan, où tous les rapports internationaux pointent une dégradation notable de la situation du pays, La Cimade demande à la préfecture de la Moselle de le libérer sans délai et au nouveau ministre de l’Intérieur, Monsieur Fekl, d’intervenir afin que les engagements pris auprès des exilés à Calais soient respectés.

Soutiens

Liens utiles

La page Facebook

A relayer et diffuser largement

Le site de la Cimade

Une foule d’informations utiles

Le site Grain de Sel

Un site qui nous soutien

On parle d’eux

Déjà, un joli témoignage de Camille

La manif en images

On s’en rappellera longtemps...